news

Affaire Hamraoui : le rôle trouble de l’ancien directeur du PSG d’Aminata Diallo

Quatre jours après la mise en examen pour violences aggravées et l’incarcération d’Aminata Diallo dans le cadre de l’enquête sur l’agression subie par Kheira Hamraoui, son ancienne coéquipière au PSG, de nouveaux éléments du procès-verbal de la brigade de répression du banditisme (BRB) de la justice la police de Versailles sont révélées par Le Point.

Selon l’hebdomadaire, la police a profité des écoutes téléphoniques d’Aminata Diallo pour intercepter des échanges avec l’un de ses anciens conseillers, César M., également compagnon de Kadidiatou Diani et conseiller de Marie-Antoinette Katoto. Ces interceptions ont poussé le procureur de Versailles et le juge d’instruction à ouvrir en mars une nouvelle enquête pour des faits d’escroquerie en bande organisée subis par le PSG.

Extension de Katoto au centre du boîtier

Lors des discussions entre César M. et le directeur sportif du PSG d’alors, Ulrich Ramé, relatives à la prolongation du contrat de Marie-Antoinette Katoto, le conseiller du joueur a conditionné cette prolongation au départ de Kheira Hamraoui et à la prolongation d’Aminata Diallo et de deux autres joueurs. Le rapport d’enquête parle même de « menaces, voire d’intimidations » exercées par César M. Pour mettre en place ce chantage, ce dernier fait allusion au comportement déplacé qu’aurait eu l’entraîneur du PSG d’alors Didier Ollé. -Nicolle contre un joueur.

Cette conversation a conduit à l’ouverture d’une enquête par le parquet de Versailles pour « agression sexuelle par personne ayant autorité » le 10 mai. L’ancien technicien du PSG, par l’intermédiaire de son avocat, avait nié toutes les accusations portées contre lui.

Corinne Diacre a-t-elle aussi visé ?

Toujours selon le rapport d’enquête, Kheira Hamraoui et Didier Ollé-Nicolle n’étaient pas les seules cibles d’Aminata Diallo et de ses…

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page