news

Aide-mémoire Maccabi Haïfa – Paris Saint-Germain (1-3) : C’était (presque) le PSG de Mauricio Pochettino

Le jeu : travailleur, ce PSG !

Ce PSG ressemblait plus à celui de l’an dernier qu’à celui du début de saison. Attendez et vous verrez, assez, incapables de former un bloc, les Parisiens n’ont rien vérifié pendant une heure. Le trio offensif n’a pas fait le même travail défensif depuis le début de saison, laissant le milieu de terrain francilien en infériorité numérique. Le Maccabi Haïfa en a profité pour se procurer des situations intéressantes mais n’a pas réussi à faire la différence après avoir ouvert le score. Il pourrait le regretter. Parce qu’il ne pouvait pas aller bien loin. Son adversaire fatigué, Paris s’est montré un peu plus régulier au bout d’une heure, sans être clinquant. Et son talent lui a suffi pour obtenir un succès méticuleux.

Ligue des champions

Comment juger le MNM ? « On a vu des écarts qu’on n’avait pas vus depuis le début de saison »

IL Y A 10 HEURES

Joueurs : Le MNM, malgré tout

Ils n’ont pas vraiment été inspirés ailleurs. Mais Paris leur doit encore la victoire. Leo Messi, Kylian Mbappé et ont su frapper au bon moment pour sortir le PSG du piège israélien. Vitinha, pour sa part, a eu le mérite de survivre à la longue période de torpeur parisienne. En revanche, les pistons Nordi Mukiele et Nuno Mendes souffrent. Au Maccabi Haïfa, Mohammad Abu Fani a incarné son équipe, rayonnant pendant une heure avant de mourir. Un constat qui vaut aussi pour Tjaronn Chery, auteur d’un beau but d’ailleurs.

Le facteur X : Pierrot a presque tout changé

Paris n’a pas manqué de succès en Israël. Frantzdy Pierrot peut en témoigner. L’avant-centre du Maccabi Haïfa n’était pas loin de redonner l’avantage à son équipe en début de seconde période. Positionné dans la trajectoire d’un tir de son coéquipier Pierre Cornud, l’attaquant haïtien a dévié le ballon hors de portée de et le gardien italien s’est réjoui de voir la peau sortir de son cadre. Parce que l’histoire aurait pu être…

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page