news

Anthony Martial laisse un héritage de frustration et de potentiel insatisfait à Man Utd

Les partisans fanatiques d’Anthony Martial atteignent les plus hauts échelons à Old Trafford, mais son héritage à Man Utd semble être celui de la frustration et du potentiel insatisfait…

Pensées et prières aujourd’hui avec Joel Glazer alors que le copropriétaire de Manchester United dit « ta-ra pour l’instant » à son joueur préféré…

Glazer, vraisemblablement, porte le plus de poids de tous les membres du Martial FC, un groupe de fanboys farouchement partisans dévoués à leur seigneur et sauveur, Anthony Jordan Martial.

En effet, il a été rapporté que Glazer avait opposé son veto au souhait de Jose Mourinho – Antéchrist aux apôtres d’Anthony – de vendre l’attaquant pendant son règne à Old Trafford. Là où Mourinho a vu un joueur « mentalement faible », Glazer a vu « United’s Pele ».

Maintenant, alors que Martial se dirige vers l’aéroport à destination de Séville, nous devrions donner son dû à José. Il avait raison sur certaines choses à Manchester United et l’une d’entre elles était l’attaquant français.

L’ancien patron de United a fait valoir son point à deux reprises. La première fois, juste avant que sa troisième saison ne soit complète, Mourinho l’a vu pointer du doigt un certain nombre de joueurs pour leur mentalité.

« Ils manquent de maturité », a-t-il déclaré au réseau hispanophone Univision en 2018. « Par exemple, Luke Shaw. Quand je suis arrivé il y a deux ans, le garçon ne savait pas concourir. Un gros potentiel, oui, mais il ne sait pas rivaliser.

« Quand on parle de Shaw, de Martial, de Jesse Lingard, de Marcus Rashford, on parle de garçons avec un grand potentiel mais qui manquent encore – un mot que je ne peux pas dire mais tu aimes en dire beaucoup – avoir ce courage . Il leur en manque un peu. »

Trois ans et demi plus tard, l’un de ces joueurs – peut-être à l’exception de Rashford, bien que ses récents combats aient ravivé quelques doutes – peut-il démontrer qu’il a trouvé les cojones que Jose recherchait ?

Shaw se retrouve une fois de plus en disgrâce après avoir menacé de réaliser son plein potentiel l’année dernière, tandis que Lingard n’a pas plus impressionné Ralf Rangnick qu’il ne l’a fait Ole Gunnar…

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page