news

« Avec le recul, je me demande comment j’ai pu la chanter… »

Trois jours avant de l’annoncer officiellement. J’attendais une opportunité, et voyant que le temps passait, qu’il n’y avait rien et que j’avais commencé à préparer d’autres choses, je me suis dit que c’était le bon moment. J’avais des offres des étages inférieurs mais je voulais rester pro ou arrêter. Sans sollicitation concrète le 15 août, étant libre depuis le 30 juin, je savais ce qui se passait. J’envisageais un réaménagement pour les Girondins. Il fallait se revoir pour une éventuelle prolongation, mais le coach ne comptait pas sur moi. Nous avons discuté de ma reconversion, entre un délai trop court et quelques divergences, j’ai préféré y renoncer. Je savais aussi qu’il pouvait aussi aider le club.

Le jour où tu as été comparé à Thierry Henry à l’INF Clairefontaine

Beaucoup de choses nous reliaient : cette fois à Clairefontaine, nos origines… Quand on est jeune, c’est flatteur. J’ai bien fait …

Trois jours avant de l’annoncer officiellement. J’attendais une opportunité, et voyant que le temps passait, qu’il n’y avait rien et que j’avais commencé à préparer d’autres choses, je me suis dit que c’était le bon moment. J’avais des offres des étages inférieurs mais je voulais rester pro ou arrêter. Sans sollicitation concrète le 15 août, étant libre depuis le 30 juin, je savais ce qui se passait. J’envisageais un réaménagement pour les Girondins. Il fallait se revoir pour une éventuelle prolongation, mais le coach ne comptait pas sur moi. Nous avons discuté de ma reconversion, entre un délai trop court et quelques divergences, j’ai préféré y renoncer. Je savais aussi qu’il pouvait aussi aider le club.

Le jour où tu as été comparé à Thierry Henry à l’INF Clairefontaine

Beaucoup de choses nous reliaient : cette fois à Clairefontaine, nos origines… Quand on est jeune, c’est flatteur. J’ai bien fait …

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page