news

« Bolillo » Gómez : « Quand je suis arrivé au Honduras, j’ai dit que la marge d’erreur était minime et qu’aujourd’hui nous sommes hors de la Coupe du monde » – Ten

L’entraîneur de l’équipe nationale du Honduras, Hernán « Bolillo » Gómez, a déclaré qu’il aimait le fonctionnement des bicolores, mais a regretté qu’ils continuent de commettre des erreurs spécifiques qui se produisent depuis longtemps. Il a déjà jeté l’éponge après la défaite à San José après une défaite 1-2 contre un Costa Rica qui ne pardonne pas quand il en a l’occasion.

Le Colombien dit avoir signé un contrat jusqu’en 2026 et maintenant il va rencontrer les dirigeants de Fenafuth afin d’élaborer un plan de travail. Il continuera à donner l’opportunité à des joueurs expérimentés et jeunes de pouvoir construire le projet vers l’autre Coupe du monde.

Voir C’EST LE TABLEAU DE POSITION DE LA CONCACAF OCTOGONALE

Nous ne méritions pas de perdre: « Le jeu que joue le Honduras est bon, important, soumettant l’adversaire, soumettant le contraire, bien travaillé et avec beaucoup de difficulté dans le jeu aérien. Le Honduras ne peut pas pardonner et nous ne chargeons pas. Au final, ils réussi à nous y faire entrer. dernier du jeu, mais le jeu hondurien a avancé.

Comme il le définit la nuit de San José : « Dans le travail, l’élaboration, et dans l’ordre nous l’avons bien fait. Nous ne pouvions pas avoir de distraction et de difficultés dans le jeu aérien que nous ne pouvions contrôler pour obtenir des résultats. s’est trompé dans l’opération mais ils ont été dépensés et nous avons essayé de rafraîchir l’équipe. Le football hondurien est très bon et maintenant il connaît des moments difficiles. Mais c’était un meilleur match que par le passé. « 

Ce qui s’en vient pour le Honduras : « Quand je suis arrivé au Honduras, j’ai dit que la marge d’erreur était minime et je pense que nous sommes hors de la Coupe du monde. J’ai expliqué aux managers que j’avais besoin d’un long processus. Je regarde les choses, je rencontrera les dirigeants pour établir un plan de travail et continuer à se battre avec dignité. Il n’y a pas de matchs amicaux et l’équipe nationale doit être respectée, nous devons continuer à travailler. Aujourd’hui, nous avons maîtrisé le rival et nous avons marqué trois buts en deux matchs, mais aujourd’hui nous devions finir le match et nous ne l’avons pas fait. « .

Les changements à venir : …

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page