news

« Cela a été plus difficile que prévu à City – mais c’est agréable d’être un joueur de 100 millions de livres sterling »

Grealish est toujours en contact régulier avec nombre de ses anciens coéquipiers de Villa et fait toujours partie d’un groupe WhatsApp avec son ami proche John McGinn, Matt Targett et Matty Cash, qui a récemment choisi le cerveau de Grealish pour savoir quel vétérinaire devrait traiter son chien de compagnie. .

L’association de Grealish avec des œuvres caritatives locales reste solide. Il a récemment fait don de 300 balles à l’hôpital pour enfants de Birmingham, tandis que 30 billets ont également été offerts à l’hospice pour enfants Acorns pour le match retour à City le dernier jour de la saison. L’ambassadeur des glands et fan de Villa Moin Younis, qui a reçu un diagnostic d’épidermolyse bulleuse sévère, est réservé pour une loge au stade Etihad pour ce match.

Tels sont les liens qu’il espère, un jour, renouer. « C’est un club qui me tient tellement à coeur et j’espère vraiment y retourner », a-t-il déclaré. « Cela a toujours été dans mon esprit. Ashley Young l’a fait et je veux faire la même chose, à 100 pour cent.

Comme Young et d’autres, dont Gareth Barry et James Milner avant lui, le temps de Grealish avec Villa devait prendre fin.

Leurs progrès au cours des trois dernières années, de la promotion à la stabilité de haut niveau, ont été impressionnants, avec Grealish – le garçon local a réussi – au premier plan. Mais alors qu’il approchait de ses 26 ans et de ses années de pointe, l’offre de City ne pouvait tout simplement pas être refusée, notamment parce qu’il avait soif d’avoir la chance de se tester dans le football européen.

« Vous n’avez qu’une seule chance dans votre carrière et ça passe très vite », dit-il. « Je sens que Villa va vers ça [Europe] mais je ne savais pas combien de temps cela allait nous prendre. Si je n’étais pas venu ici, je l’aurais regretté pour toujours. Je me souviens avoir entendu Michael Owen dire la même chose à propos du Real Madrid.

« Vous regardez la plupart de mes coéquipiers anglais – j’étais probablement l’un des derniers à jouer [in the] Ligue des champions. Vous pourriez probablement compter deux ou trois qui ne l’ont pas fait, comme Kalvin Phillips ou Sam Johnstone.

«J’y ai joué quatre fois maintenant et j’ai adoré chaque instant. C’est complètement…

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page