news

Ces footballeurs bretons veulent répliquer en culotte pour dénoncer les inégalités d’équipement de la FFF

En début d’année, à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, les joueuses du Cercle Paul-Bert Bréquigny se sont entraînées en culotte, dénonçant le fait que la Fédération française de football ne leur avait envoyé qu’un maillot pour leur compétition. , contre équipement complet (chemise, short, chaussettes) pour les hommes. Elles ont également dénoncé le traitement différent qu’elles ont reçu par rapport à leurs pairs masculins, alors que certaines courses ont repris, après la crise du Covid :

« Les équipes masculines peuvent reprendre les matchs dans trois divisions, nous une seule, alors que notre division 2 est nationale, c’est vraiment dommage. Même chose pour la Coupe de France. Les autorités disent ok pour les garçons, non pour les filles. contexte, des inégalités subsistent.

Cette saison ce n’est plus un entraînement, mais un match, ce samedi, que les joueurs du CPB veulent alerter le public sur ces inégalités. Et pour cela, elles pourraient aussi être rejointes par leurs adversaires, les Brestoises du SB29 : « Brest et les autres équipes sont dans la même situation. On réfléchit à une nouvelle action », a confié Manon Tessier, joueuse du CPB à Ouest-France. . Les médias locaux ajoutent que, si l’arbitre le leur permet, les joueurs de Rennes et de Brest pourraient donc s’affronter en pantalon ce samedi soir.

Plus généralement, c’est la considération du football féminin que le club breton souhaite voir évoluer. Toujours sur les colonnes de Ouest-France, Rodolphe Le Clerc, le responsable de la section féminine du CPB confiait en mars dernier :

« La Coupe du monde féminine a confirmé que le public pouvait l’apprécier, mais les filles devraient avoir le temps de retenir les curieuses. Ce dont nous avons besoin, ce sont des mécènes, des partenaires économiques prêts à investir pour cinq ans et j’en suis sûr. »

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page