news

contre Romorantin, Bergerac patine encore

Les situations s’enchaînent pour le Périgourdin, mais elles sont mal gérées. Et quand l’action se passe bien, et qu’un joueur est trouvé, comme sur ce centre de Dumai dévié par la tête de Pélican pour la volée de Tressens, c’est Djidonou qui intervient avec un arrêt réflexe du pied (13°). Après cette longue mise en lumière des locaux, Romorantin ressort pour la première fois. Le centre d’Adjet trouve Nsiete, qui manque de la tête (18e).

Après ce léger temps d’arrêt, le BPFC a remis le pied sur le ballon. La répétition des pas se multiplie, Bergerac tourne autour de la surface et cherche la faille. Mais il n’y a pas d’entraînement, pas de risque dans les vingt derniers mètres, pour forcer le dénivelé. Sur une remontée haute, Pélican est bien dans la surface, mais Djidonou dévie encore sa frappe croisée (35e).

Forcez votre destin

A la pause, difficile de se positionner sur le scénario. Le tirage au sort profite aux visiteurs, qui ont subi le jeu et ont abandonné le ballon aux Bergeracois, parfois en manque de créativité. Quand on revient des vestiaires, rien ne change. Le SOR est bien regroupé dans sa moitié de terrain, les Bergeracois n’arrivent pas à sortir du faux rythme dans lequel le jeu s’est installé et l’arrière-garde visiteuse est sereine.

C’est finalement un coup franc qui change le cours du jeu. Sur la gauche, M’Laab prend le corner, parfaitement coupé au premier poteau par Maisonneuve, dont la tête croisée finit dans le filet (64°). Logiquement, les Solognoti n’ont pas encore tenté d’incursion dans le camp adverse. Mais après cet objectif, l’intensité diminue. Bitsamou est très agité, mais le dernier geste n’est pas encore là.

Et sur un lancement long dans une entame anodine, mais mal gérée par la défense, l’imaginable se produit. La défense de Bergerac émerge tant bien que mal pour la première fois, mais Touré se reprend, provoque encore et…

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page