news

Divers : « Beaucoup de mots, peu d’actions » du football européen pour l’Ukraine

L’invasion de l’Ukraine a d’abord suscité une vague d’émotion, mais l’action concrète du monde du football peine à se concrétiser en Europe occidentale. Une inertie soulignée par l’entraîneur du Dynamo Kiev Mircea Lucescu qui a dénoncé « beaucoup de mots, peu d’action » de clubs, dont le PSG, sans le citer, à L’Équipe.

Face à l’invasion de l’Ukraine par l’armée russe, le Dynamo Kiev, dirigé par l’entraîneur Mircea Lucescu, a décidé de continuer à jouer au football. Selon l’entraîneur roumain, les joueurs « sont beaucoup plus utiles sur un terrain de football pour l’image qu’ils apportent au monde et pour l’argent qu’ils peuvent rapporter », a-t-il déclaré à L’Équipe. . Dès lors, le club de la capitale ukrainienne organise, dans la mesure du possible, en réduisant au maximum les frais, amicalement dans toute l’Europe pour lever des fonds. Mais Mircea Lucescu dénonce « beaucoup de paroles, peu de gestes », notamment en Europe occidentale.

Si la vague d’émotions s’est largement propagée dans le monde du football, les actions peinent à se concrétiser. Seuls quelques matches amicaux du Dinamo Kiev ont eu lieu, contre Cluj, Galatasaray, le Dinamo Zagreb, Dortmund, qui a récolté près de 400 000 euros, et plus récemment à Bâle. Mais alors que le Dynamo Kiev avait inclus le PSG dans les matches amicaux qui se joueraient d’ici juin, une date n’a pas encore été fixée, la saison touchant à sa fin. Globalement, « les petites fédérations de l’Est, les moins riches, sont les plus mobilisées », déplore Mircea Lucescu, « déçu ».

Le président du PSG Nasser Al-Khelaïfi s’était pourtant fait un point d’honneur d’aider financièrement les réfugiés ukrainiens via l’Association des clubs européens, tandis que Keylor Navas avait entre-temps accueilli une trentaine de…

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page