news

Entre un CSC lunaire et deux penaltys, comment les Verts ont-ils pu faire de tels cadeaux face à Marseille ?

Au stade Geoffroy-Guichard,

Il y a beaucoup de déception, notamment parce qu’on aurait pu éviter tous ces buts, entre deux penaltys, un but contre son camp et une contre-attaque. « Le piston de Saint-Etienne Sada Thioub est sympa, il liste lui-même toutes les boulettes commises par son équipe (18e de Ligue 1) face à l’OM (2-4), avant de devoir le faire pour notre article. Car c’est le principal paradoxe de ce match déséquilibré de bout en bout, ou presque, ce dimanche : les Marseillais ont beau avoir inscrit 15 buts au but et avoir 70 % de possession de balle, ils se sont envolés pour ne signer que sur des cadeaux offerts par Verdi. .

Premier acte, le tacle de Mangala (45°)

Et en premier lieu du défenseur expert Eliaquim Mangala (31 ans), auteur d’un tacle totalement inutile, en pleine surface et loin du ballon, sur Duje Caleta-Car, alors que le corner marseillais en question était clairement trop long. Certes, de nombreuses situations comparables ne sont pas signalées, et d’ailleurs celle-ci avait complètement échappé à Clément Turpin, jusqu’à ce que son coéquipier en charge de la VAR le prévienne.

Mais pourquoi une telle prise de risque alors que l’AXIS se dirigeait vers la mi-temps avec l’avantage d’un but inattendu en poche, après un ballon de la main de Pau Lopez face à Denis Bouanga (1-0, 9e) ? « Quand tu cours derrière le ballon, c’est toujours plus délicat, analyse Pascal Dupraz, l’entraîneur de Stéphane. On sentait qu’on allait s’effondrer et on a pris ce penalty au mauvais moment. « Dimitri Payet n’a pas demandé grand-chose pour enfin prendre le dessus sur Paul Bernardoni, et changer la face d’un match jusqu’alors difficile pour l’OM.

Mangala, Kolo, Nordin, c’est un gros perdant là-bas. C’est qui sera le plus ridicule.

— Martin Mosnier (@Martin_Mosnier) 3 avril 2022

L’accès à ce contenu est bloqué depuis…

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page