news

Euro 2022 de football féminin : premier tour à deux vitesses

L’Anglaise Beth Mead a inscrit son troisième but dans la correction infligée par sa sélection face à la Norvège (8-0), le 11 juillet à Brighton (Angleterre). ALESSANDRA TARANTINO / AP

La première page de l’Euro de football féminin est tournée. La phase de groupes laissera place, à partir du mercredi 20 juillet, aux quarts de finale. Avant de passer à une nouvelle compétition, telle que décrite par les protagonistes, où les matchs seront désormais à élimination directe, place aux premiers constats.

Il y en a une qui est fondamentale : si cette première phase de poules n’a réservé que peu de surprises au niveau des éliminatoires – hormis l’élimination de la Norvège – elle a été marquée par de nombreux résultats sur le fleuve. Cela contredit, au moins dans un avenir proche, la prédiction d’un Euro « très, très serré » faite par l’entraîneur français, Corinne Diacre, lors de la présentation de sa liste de joueurs le 30 mai. .

À lire aussi Euro féminin de football 2022 : un succès populaire mitigé en Angleterre

En 2017, seuls deux des vingt-quatre matches de groupe avaient abouti à une différence de trois buts ou plus. Dans l’édition en cours, neuf des vingt-quatre matchs se sont terminés avec des écarts parfois terribles, comme le 8-0 de l’Angleterre contre la Norvège.

Assez pour parler d’un Euro à deux vitesses ? Gilles Eyquem, ancien sélectionneur des équipes de France féminines des moins de 19 et 20 ans, se veut plus nuancé : « Les nations dites « sous » ont pour objectif de résister le plus longtemps possible. C’est pourquoi, dès qu’il se brise, il débouche rapidement sur des points de rivière, car ils lâchent prise. « 

Cette analyse peut s’appliquer, par exemple, aux matchs entre l’Espagne et la Finlande ou …

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page