news

Football : comment Rodez a pris en main son destin

Alors que les Ruthénois se dirigeaient droit vers les barrages, ou pire, ils ont réussi à surmonter l’une des pires séquences d’une équipe de Ligue 2 avec l’exploit face à Toulouse (1-0) lundi. Ceux qui ont désormais la certitude de rester en cas de fin de saison au pire identique à celle de Quevilly dévoilent les raisons de leur reconduction.

« Il a fallu longtemps, très longtemps pour l’obtenir, bon sang ! Nous l’attendions depuis longtemps. Parfois, c’est peu probable. » Comment terminer une séquence de 18 matches sans victoire, dont neuf défaites, et prendre en main son propre destin dans la course pour tenir tête au leader, Toulouse (1-0). Quand il vient à Rodez un lundi soir, après six victoires en sept jours, pour tenter de décrocher le titre avec dix des onze joueurs de son effectif type, dans un derby…

« Invraisemblable » pour l’entraîneur de Raf Laurent Peyrelade, « incroyable » pour son piston gauche Johann Obiang ou encore « un grand, grand soulagement » pour le centre du même couloir Nassim Ouammou. « Parce que psychologiquement, cette période sans victoire a été très difficile à vivre, confiait le Stéphanois dans les couloirs de Paul-Lignon. On a réussi cette épreuve en montrant qu’on ne s’est pas laissé aller. »

Car cette fois le sang et l’or ont mis les roseaux d’un bout à l’autre. Le gardien Lionel Mpasi a admis : « Dernièrement, parfois, nous manquons de plaques. » « On jouait des demi-matchs depuis plusieurs semaines, Johann Obiang était à foison en conférence de presse. On avait toujours ces petites passes, nos départs étaient moins réussis et on courait après le score. En termes de concentration, d’intensité et de retrait.. .

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page