news

Football Italie – Adrien Rabiot ridiculisé en Italie

Après la leçon infligée par Chelsea (4-0) mardi en Ligue des champions, la Juventus Turin ne s’est pas épargnée les critiques. A commencer par son milieu de terrain Adrien Rabiot, durement critiqué par la presse italienne pour son manque de détermination.

Ce n’est pas tous les jours que la Juventus quitte le terrain avec un score aussi lourd contre eux. A Stamford Bridge, les bianconeri ont été surclassés par un Chelsea décidément supérieur (4-0) dans tous les secteurs. Autant dire que la Vieille Dame fait la une des journaux en Italie depuis mardi soir. Ses joueurs ont visiblement récolté de mauvaises notes, à commencer par Adrien Rabiot, noté seulement 4/10 dans les colonnes de La Gazzetta dello Sport. Mais c’est surtout le commentaire qui bouleverse le milieu de terrain.

« Chelsea joue AC/DC, écoute Chopin », écrit le journal aux pages roses. Toujours trop lent, dévoré par Kanté ou tout joueur qui passe dans sa zone. Rüdiger a sauté par-dessus sa tête et a failli marquer. Et ce n’est qu’un avant-goût du sentiment général de la presse italienne. Observateur attentif, Tutto Juve estime qu’Adrien Rabiot « a terriblement souffert de la qualité du milieu de terrain des Bleus ». En effet, Tuttosport l’a vu interpréter « La Belle au bois dormant quand Kanté lui vole le ballon comme au parc ».

« Le grand mystère habituel »

« Il ne se réveille pas même lorsqu’un match de James le frappe au visage », a remarqué La Stampa, lassé de sa nonchalance, tout comme TMW qui ne comprend toujours pas à quoi pourrait ressembler le Français dans le onze de Massimiliano Allegri. « Le grand mystère de cette Juventus, lit-on. En balade pour animer le couloir, peu d’insertions dans l’axe, peu de matière à trouver transversalement. » On conseille à l’ancien Parisien de ne pas ouvrir les journaux transalpins dans les prochains jours.. .

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page