news

Football : Montpellier, l’élan coupé avant le sprint de décembre

La défaite à Rennes (2-0), samedi 20 novembre, a interrompu la bonne dynamique du MHSC qui attaquera au sprint en décembre avec trois matchs en huit journées.

Capuche sur la tête, masque jusqu’aux yeux. Samedi, ils étaient nombreux à ne pas vouloir traîner cette défaite à Rennes. Montpellier est revenu au Roazhon Park, interrompant sa séquence de deux succès consécutifs, dont un prometteur à Nice (0-1) et coupant sur sa lancée.

« Je savais qu’on pouvait perdre ici, il n’y a pas de honte, Rennes est bien au-dessus, c’est clair. » Comme Olivier Dall’Oglio l’a reconnu en zone mixte, il y avait un écart de classe entre les deux équipes et ce n’est pas une surprise.

« Mais je m’attendais à un autre comportement », a ajouté l’entraîneur Pailladin, dont le commentaire va au-delà de l’inévitable limogeage de Téji Savanier. « Intensité, avec et sans ballon », « étouffé », « naïveté », « éparpillé », le coach a dressé la liste des péchés, flanqué de Maxime Estève.

« Peut-être qu’on n’a pas suivi les consignes non plus. On s’est mis dans le pétrin tout seul », a chuchoté le défenseur, dont les 19 ans ne valent pas le bac.

Latéral, attaque… Là où ça fait mal

Quinze jours après Nice, agissant de rigueur collective, le contraste était saisissant. Montpellier grandit et doit parfois reculer pour mieux sauter. « Il y a des choses à apprendre, il y a de la ténacité, note ODO. Parfois ce n’est peut-être pas pire parce qu’il marque. Mais il faut faire mieux.

Ce revers n’a pas remis en cause les chances de cette équipe, d’ailleurs sans Jordan Ferri, un maillon essentiel. Mais il a appuyé là où ça fait mal.

A côté encore trop…

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page