news

Football. Quelles mesures contre les débordements dans les stades ?

Quelles sont les mesures individuelles ?

La première des sanctions contre les supporters est l’interdiction du stade. Introduite en décembre 1993, l’interdiction judiciaire (IJS), mesure pénale, peut durer jusqu’à cinq ans, tandis que l’interdiction administrative (IAS), autorisée depuis 2006, dure jusqu’à trois ans et est prononcée par le préfet.

En 2016, la loi Larrivé a renforcé l’arsenal réglementaire, permettant aux clubs d’imposer des interdictions commerciales dans les stades aux supporters qu’ils jugent violents, jusqu’à 18 mois.

Des lois « largement suffisantes », mais « il faudrait que des interdictions dans les stades soient prononcées systématiquement, ce qui n’est pas le cas, et puis il est difficile de les appliquer », estime Dominique Bodin, spécialiste des questions de violences dans les stades et enseignante. -chercheur à l’Université Paris-Est Créteil.

Les interdictions administratives et judiciaires dans les stades sont en baisse depuis dix ans : 604 IAS et 121 IJS ont été prononcées sur la saison 2011-2012, contre 187 IAS et 84 IJS en 2018-2019, selon un rapport parlementaire publié en mai 2020.

Mettre en œuvre des interdictions à vie dans les stades ?

La durée des interdictions de stade, qui n’a cessé d’augmenter depuis 1993, pourrait encore être allongée, par exemple à dix ans, comme c’est le cas en Angleterre.

« Mais c’est beaucoup moins pesant car il n’y a pas d’obligation de marquer, estime Me Pierre Barthélémy, avocat qui défend les associations de supporters. En France il faut, à chaque match, se vérifier au commissariat, c’est violent. nous voulons aller pour le week-end dans un endroit différent de celui où se déroule le match. « 

A propos des interdictions à vie dans les stades, souvent citées, « c’est un peu un serpent de mer », note un bon connaisseur des instances du football français, qui admet qu' »on pourrait les porter à dix ans ».

Là encore, l’arsenal réglementaire est déjà « suffisant » pour Nicolas…

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page