news

Gel des matchs le 5 mai : le football corse se réjouit

Touché en chair et en os ce soir du 5 mai 1992, le football corse n’a pas attendu la décision des autorités nationales ou des politiques pour sanctifier cette date. Désormais, tous les footballeurs de l’île sont satisfaits de la décision prise par le Sénat

Les instances du football français n’auront donc jamais pu trancher la question de savoir si oui ou non la sacralisation du 5 mai 1992, se contentant de coups de pied en touche ou de demi-mesures à chaque fois que la question se pose.

Au final, c’est le monde politique qui s’est imposé au sportif, pour sanctifier cette date. Une décision qui satisfait les protagonistes du monde sportif de l’île. A noter que la Fédération Française de Football, avec nous, n’a pas souhaité intervenir sur le sujet, car son président, Noël Le Graët, était absent hier et n’était donc pas joignable.

Jean-René Moracchini (président de la Ligue corse de football) : « Je ne peux qu’être satisfait de cette décision. Au sein de notre Ligue corse de football, nous n’avions pas joué à cette date depuis longtemps, il était temps qu’elle soit appliquée. à l’équipe nationale. Le drame du 5 mai a certes eu lieu à Bastia, mais c’est avant tout un drame national. Je regrette que les instances du football français n’aient pas décidé ou pris de vraie décision avant. A chaque fois elles ont proposé des demi-mesures sans aller au bout des choses. Peut-être n’avaient-ils pas la même sensibilité, le même point de vue. Mais on ne peut pas se contenter de dire qu’on ne joue plus à cette date. Maintenant, il faut continuer ce devoir de mémoire, nous allons faut se souvenir, pour ne pas oublier ce jour, qu’il y a un travail de sensibilisation à mener, notamment auprès des plus jeunes, comme on le fait déjà en Corse, pour qu’une telle catastrophe ne se reproduise plus ».

Claudio …

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page