news

Gianni Infantino franchit le mur du son de l’indécence sur les maçons morts

Quelques semaines après les déclarations du président de la Fédération française de football, Noël Le Graët, qui s’était dit « très heureux » d’aller à la Coupe du monde au Qatar et qui avait salué « l’énorme progrès social » de l’émirat ces derniers temps ans, c’est à Gianni Infantino de s’exprimer (à sa manière) sur la question des conditions de travail des ouvriers sur les chantiers liés à la Coupe du monde. Et, comme d’habitude, cela n’a pas fait les choses à moitié.

Interrogé dimanche lors d’une conférence au Milken Institute de Los Angeles sur la possibilité que la Fifa utilise une partie de ses bénéfices pour venir en aide aux familles des ouvriers décédés sur les chantiers de la Coupe du monde, Gianni Infantino a donc préféré esquiver et partir un discours humaniste qui n’a rien de douteux.

« N’oublions pas une chose… en ce qui concerne ce sujet, qui est le travail, même le travail acharné, mes parents ont émigré d’Italie en Suisse. Ce n’est pas si loin, mais quand même. […] Lorsque vous donnez un travail à quelqu’un, même dans des conditions difficiles, vous lui donnez dignité et fierté. Ce n’est pas de la charité. Vous ne faites pas de charité. Vous ne donnez pas quelque chose à quelqu’un en lui disant : « Reste où tu es ». Je vais te donner quelque chose et je me sens bien ‘ », a déclaré le Suisse dans un commentaire – pas toujours très clair – rapporté par l’agence de presse AP.

Infantino salue le rôle de la FIFA au Qatar

Relancé par un journaliste de MSNBC sur l’enquête du Guardian qui, en février 2021, estimait à environ 6 500 le nombre d’ouvriers morts sur les chantiers liés à la Coupe du monde, Infantino a répondu que seuls trois décès avaient été officiellement recensés sur ces chantiers. Pire encore, il n’a pas hésité à dire que si « 6 000 personnes mouraient sur d’autres sites…

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page