news

Guingamp en avant. Pour Manon Revelli, « quand on est jeune il faut jouer » – En Avant Guingamp

D1F. EA Guingamp Après le prêt de la saison dernière, vous vous êtes définitivement engagé à Guingamp cet été. Comment le vis-tu ?

J’y étais l’année dernière, donc je connaissais le projet, le staff et tout ce qui l’entourait. Et je suis content d’appartenir au projet parce que quand on est en prêt, on s’appartient, mais on se dit que l’année prochaine sera différente et qu’on ne sera plus là. Je suis Guingampaise depuis deux ans et je suis content.

Comment se sont déroulées les négociations ?

J’avais encore un an sur mon contrat à Lyon. J’ai eu peu de temps pour jouer là-bas. J’ai eu un rendez-vous avec la coach, Sonia Bompastor, et nous avons évoqué le fait que j’étais sur le point de partir en prêt. J’avais besoin de stabilité, alors j’ai discuté avec le manager Frédéric Biancalani et la direction. Ils m’ont dit qu’ils comptaient sur moi pour les deux prochaines saisons. C’était un accord mutuel et puis ils m’ont fait confiance, donc c’est super.

Vous parliez de prêts. A 18 ans, tu as été prêté par l’OL. Vous ne vouliez pas vous asseoir derrière les étoiles ?

J’aurais pu le faire mais quand je suis allé en Suisse, au Servette (ndlr, de janvier à juin 2021), je revenais d’une blessure et c’était le meilleur choix à faire, à mon avis. Quand tu es jeune tu dois jouer, ça ne sert à rien d’attendre d’avoir 20, 22 ans. Alors c’est trop tard.

Le fait d’être un espoir international a-t-il compté dans votre décision de jouer à l’EAG ?

C’est vrai, parce que c’est important que les équipes françaises jouent. Rester à l’OL sans jouer, c’était bien un moment, mais après il faut penser à soi. Cependant, être dans le groupe pro était si bon. Nous travaillons aux côtés de stars comme Renard ou Hegerberg et apprenons d’eux. Cela nous montre ce qu’est le sommet …

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page