news

Gustavo Alfaro est gracieux pour la « finale » remportée au Chili et laisse un message à ses détracteurs | Football | des sports

« Nous avons la capacité d’avoir la force de résister à toutes sortes de critiques, de remises en question… », a-t-il déclaré lors de la conférence de presse.

16 novembre 2021 – 23h55

L’Equateur a remporté à Santiago contre le Chili « un match très difficile, une finale », qui le laisse aux portes de la Coupe du monde du Qatar 2022, a résumé un Gustavo Alfaro gracieux et soulagé lors de la conférence de presse d’après-match après la tombée du rideau le quatorzième. date du prémondial de la Conmebol.

Désormais, La Tri cumule 23 points, très loin des quatrième et cinquième, de la Colombie et du Pérou avec 17.

« Jamais dans l’histoire de l’Équateur, l’équipe nationale n’avait pu gagner ici au Chili, au plus deux nuls en onze matchs qui s’étaient joués en huitièmes de finale, et c’est pourquoi, comme nous l’avons dit avec les joueurs : » nous est venu pour notre histoire et nous sommes venus pour changer l’histoire », a déclaré le barreur argentin qui a fait ses débuts sur le banc équatorien en octobre 2020.

« Heureusement, ils ont joué un très bon match, ils l’ont très bien joué, ils l’ont très bien joué. Malheureusement nous ne pouvions pas le définir (avant), nous avons eu beaucoup d’occasions très favorables de l’avoir défini avant, et quand cela arrive, la fête est généralement ouverte », a-t-il ajouté, puisqu’il a loué « l’amour-propre du Chili » pour aller à rechercher « quelle que soit l’égalité qui lui permet d’entrer dans le jeu ».

Pour cette raison, Alfaro a salué « le triomphe du groupe et non de l’équipe » car « l’Équateur n’avait jamais atteint cela et ce sont trois points essentiels qui nous rapprochent de plus en plus de la Coupe du monde ».

L’équipe dirigée par Alfaro a coupé une séquence de trois victoires consécutives pour le Chili, qui était en sixième position, sans aucune option, et avec de sombres perspectives à venir, avec quatre dates restantes pour conclure la Coupe du monde.

Alfaro a ajouté que l’équipe « est très forte », et c’est un sujet dont il vient de parler avec Ángel Mena, l’un de ses hommes de confiance.

« Le groupe est très très fort, très convaincu, au-delà des questionnements, au-delà des choses qui toujours…

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page