news

Haaland punit Dortmund, la Juventus et Chelsea en danger

La Juve au bord du gouffre

Surclassée par la qualité des stars du PSG (1-2) en ouverture, la « Vieille Dame » a cette fois été dépassée par l’envie de Benfica. Le Portugais est revenu faire match nul juste avant l’intervalle de penalty de Joao Mario (44e), après l’ouverture du score rapide d’Arkadiusz Milik (4e), puis a assez logiquement pris le relais en seconde période grâce à David Neres (55°).

La Juve avait pourtant immédiatement ouvert le score sur une tête d’Arkadiusz Milik sur coup franc de Leandro Paredes (4e), réalisant une entame dynamique.

Mais les bianconeri ont une nouvelle fois plongé dans l’étau des « montagnes russes », regretté avant le match par le capitaine Bonucci.

Ils n’ont pas réussi à maintenir la même pression et ont laissé les Portugais – douze victoires en douze matches depuis le début de la saison – devenir de plus en plus dangereux.

Mattia Perin, toujours dans les buts en l’absence de Wojciech Szczesny, ne tremble pas sur une tête de Gonçalo Ramos (27e), puis se sauve du poteau sur une frappe de Rafa Silva (39e).

Mais la Juve a fini par craquer sur un penalty, subi par Fabio Miretti, et transformé sous la barre transversale par Joao Mario (44e), un ancien joueur de l’Inter qui n’a pas hésité à saler les supporters turinois en recevant un avertissement en cours de route.

La Juve est définitivement tombée en début de seconde période, sur un but signé David Neres (55°), après une action confuse dans une défense italienne battue à l’engagement.

Alexander Bah (60e), Rafa Silva (63e) puis Neres (68e) étaient même sur le point de transformer la soirée en coup franc.

La Juve, avec le rentrant Di Maria (58°) lancé par Allegri, a alors finalement réagi : Moise Kean trouve le poteau (71°), le but de Dusan Vlahović annulé pour hors-jeu (83°) et Bremer rate l’incontournable (86°). Mais tout cela était trop tard, comme une saison qui…

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page