news

invincibilité oubliée, Bergerac doit se remettre en selle

Mais l’entraîneur ne veut pas s’attarder sur les chiffres ou sur ce qui s’est passé. « On était dans une belle série et, même sans y attacher d’importance, on savait qu’il y aurait un début et une fin. Le scénario vécu a plus d’impact que la fin de la série elle-même. Les deux jours suivants sont considérés dans un bloc de positionnement. Il reste donc quatre matchs à disputer jusqu’au sprint final », analyse le coach. Un sprint à quatre équipes.

En effet, Bergerac peut toujours compter sur un avantage de trois points sur son plus proche rival, alors que le champ des candidats s’est réduit à trois équipes : Andrézieux, Angoulême et Le Puy. Avec 18 points à répartir, tout peut encore changer. L’équipe qui peut gérer le choc physique et mental pour faire une séquence sera la chanceuse pour le niveau suivant.

Canet sanctionné

En management, le métier de coach évolue. « On est moins dans le calcul, où le but est de garder tous les joueurs performants dans la durée. Dans nos choix on va maintenant à l’essentiel. Un joueur est capable d’encaisser six matchs consécutifs, on est simple et efficace dans la décision », explique Erwan Lannuzel. Il faut cependant s’occuper des blessés avant de recevoir Canet-en-Roussillon.

« Mes attentes ne changent pas. Je veux qu’on fasse partie du jeu »

Un club en position particulière, avec ce match non disputé au Puy. Canet-en-Roussillon avait sollicité et obtenu une saisine pour de nombreux cas de Covid-19 dans son effectif ; la commission disciplinaire s’est prononcée sur la validité des certificats de cas positifs. Et il sanctionne lourdement le club : match perdu et 10 points de pénalité !

Cette sanction les fait passer du concurrent potentiel au podium à la lutte pour le maintien. Et les Canétois alternent moins bons coups et bonnes performances. Ils restent sur deux victoires avant…

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page