news

Joe Ironside abandonne Newcastle pour mettre Cambridge au pays des rêves de la FA Cup | Coupe d’Angleterre

Enfant, Joe Ironside aimait regarder son idole, Alan Shearer, jouer l’avant-centre de Newcastle United.

Ironside était de retour à St James’ Park portant la chemise n° 9 de Cambridge United et il a suggéré qu’il avait appris une chose ou deux de tous ces après-midi passés à étudier le mouvement de Shearer.

À la 56e minute, l’attaquant né à Middlesbrough a marqué le genre de but que son modèle aurait chéri pour non seulement réserver à l’exceptionnelle équipe de Mark Bonner de League One une place au quatrième tour, mais soumettre Newcastle au genre de meurtre géant qui rend la FA Cup si spéciale .

Cambridge a 41 places sous l’équipe d’Eddie Howe sur l’échelle de la ligue, mais vous ne l’auriez pas su pendant une grande partie d’une égalité qui s’est terminée avec Newcastle n’ayant toujours remporté qu’un seul match toute la saison et les joueurs de Bonner s’ébattant sur le terrain, étreignant tout le monde en vue.

Auparavant, il semblait que le destin pourrait être tenté lorsque, vers la dizaine de minutes, les premiers refrains de «Premier League, vous vous amusez» descendaient du sommet vertigineux du Leazes End qui abritait 5 000 fans de Cambridge en déplacement. .

Leur équipe avait bien commencé, défendant avec industrie, intelligence et compacité alors qu’elle remettait constamment en question les intentions du XI de départ de Newcastle, théoriquement fort. Bien que Kieran Trippier ait haussé le ton grâce à quelques touches de haut calibre lors de ses débuts, l’équipe de Howe a joué avec une incertitude distincte et inquiétante.

Kieran Trippier affronte Harrison Dunk de Cambridge lors de ses débuts à Newcastle dans lesquels il a montré sa classe, mais qui est finalement tombé horriblement à plat. Photographie : Owen Humphreys/PA

Après n’avoir enregistré qu’une seule victoire depuis août, Newcastle ne semblait souvent pas faire confiance à leurs capacités et à leur instinct, en prenant souvent une touche de trop ou en retardant une passe de quelques secondes de trop. L’un des rares joueurs qui semble immunisé contre une telle introspection et sait mieux que de trop réfléchir est Allan Saint-Maximin, mais même le grand improvisateur de Howe se retrouve fréquemment…

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page