news

John Textor évoque sa montée en puissance et réconforte (encore) Aulas

« J’ai dû sauter dessus. Dans une longue interview accordée au journal L’Equipe, le futur patron de l’Olympique Lyonnais, John Textor, se dévoile et nuance ainsi l’opportunité qui s’est présentée à lui lorsqu’il a appris la cession des parts d’IDG et de Pathé, tout en prospectant auprès de « plus petits clubs en France » avant.

Dans cette interview sur le fleuve, où l’entrepreneur américain avoue que sa fortune personnelle n’est pas de 3 milliards de dollars mais qu’il peut payer ses investissements « sans banque et sans partenaire ».

Il présente également ses deux associés au sein de la holding Eagle, les hommes d’affaires Jamie Salter (propriétaire d’une trentaine de marques dont Reebok, Sports Illustrated…) et Bill Foley (propriétaire de la franchise NHL) de Las Vegas), respectivement en tant qu' »ancien associé , une ressource incroyable » et « un investisseur minoritaire » auprès duquel il a obtenu une ligne de crédit via son groupe Cannae Holding Company afin de présenter son plan de financement.

« Jean-Michel ne m’a pas demandé ‘Dois-je vendre Paqueta ?' »

John Textor évoque ensuite sa future acquisition, où il ne s’interdit pas de dépenser plus que prévu comme il l’a fait à Botafogo, l’un des quatre clubs dans lesquels il détient des parts avec Molenbeek (D2 belge) et Crystal Palace (Premier League anglaise), et où il espère lever d’autres sources de financement par le biais de candidatures, comme expliqué dans sa présentation.

Et il renouvelle le message délivré lors de sa présentation, concernant les hommes qui jouent aujourd’hui à l’Olympique Lyonnais : « Jean-Michel (Aulas) a un contrat et le reste de l’encadrement reste à sa place. Il n’y a pas une seule personne que j’ai identifiée qui pourrait venir. Pas une. (…) Historiquement, je n’aime pas gérer les entreprises, je suis comme l’oncle fou disruptif et provocateur. J’aime penser au monde dans cinq ans. (…) J’ai quelques détails mais…

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page