news

La débâcle sans fin de Manchester United: « C’est un exploit de dépenser 1 milliard de livres sterling et d’être si mauvais »

a touché le fond. C’est ce que ses supporters doivent espérer, alors que les Diables Rouges ont subi une humiliation qui risque de laisser des traces samedi. 4-0. Après 35 minutes. Pour Brentford, face à l’ogre mancunien, qui depuis quelques années ressemble à un Lilliputien. Vous avez bien lu. C’est sur ce score peu crédible que s’est terminé ce match de la 2e journée de Premier League.

En cours de fiasco, Rio Ferdinand, ancien défenseur de Manchester United, a publié un tweet aux airs d’appel au secours : « Brentford nous gifle (…) j’ai mal à la tête, au cœur, j’ai besoin d’ Aide ». Son ancien coéquipier Gary Neville, consultant immature de Sky Sports, a quant à lui déclaré en direct: « C’est un exploit de dépenser 1 milliard de livres sterling et d’être si mauvais. » Parce qu’il n’y avait pas que le résultat, il y avait le contenu.

première ligue

MU, quel naufrage !

IL Y A 6 HEURES

« Son souci est qu’il est obsolète »: Ronaldo est dans une impasse

Ronaldo en faute, De Gea encore plus

Le premier but est venu d’une perte de balle dans son terrain de , symbole du passé glorieux de MU, dont il se murmure qu’il ne veut plus défendre les couleurs. Mais c’est surtout dû à une erreur de main de David de Gea. Le second, né d’une relance audacieuse du gardien espagnol, a failli être un « bâillon ». Il a témoigné de la volonté d’Erik ten Hag de construire un jeu raffiné, qui reste fidèle à la position du club, mais pas à la crise dans laquelle il est plongé.

C’est un gâchis non moins grotesque qui a donné lieu à la troisième création des lieux. Ensuite, un inconvénient notable a fermé l’affaire. Ce qui suit ? Un triple changement teinté de désespoir à la mi-temps et un deuxième acte sans intérêt. C’est la triste réalité de ce Manchester United qui ne règne plus sur le Royaume depuis 2013 mais dont la perspective de mettre fin à cette période de disette n’est même pas…

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page