news

La France face à son destin et ses démons

AFP, publié le samedi 23 juillet 2022 à 6h10

Le clic ou la claque, encore ? Les Bleues se sont lancées samedi (21h) à l’assaut de la Hollande, championne d’Europe en titre, dans l’espoir d’atteindre enfin les quarts de finale, sur lesquels elles ont buté pendant une décennie dans les grandes compétitions.

« Il va falloir souffrir ensemble, s’amuser ensemble, jouer, se laisser aller, prendre des risques », a lancé Wendie Renard, la manager d’une France au bilan vide. « Le bon jeu c’est bien, mais l’efficacité c’est encore mieux. »

Si brillante dès le départ contre l’ (5-1), la star tricolore s’est évanouie avec l’avancée de l’Euro, avec un succès limité face à la (2-1) et un match nul frustrant face à l’Islande (1-1). Une victoire, « ce n’est pas grave » selon le capitaine, redonnerait de l’éclat et de l’élan aux Bleus arrivés en avec le visage des favoris.

En cours de route, les Français ont perdu leur pépite d’attaque Marie-Antoinette Katoto, gravement blessée au genou, et peut-être une partie de leur assurance avec, peut-être.

– Cinq échecs consécutifs –

Le début des couperets de match est, par définition, aussi le début de la fin. Reste à savoir si l’histoire se poursuivra jusqu’au 31 juillet pour la finale londonienne, ou si elle se terminera brutalement samedi soir à un moment où les Bleues ont la mauvaise habitude de caler.

« Vaincre les quarts de finale n’est pas une fin en soi. Mais étant donné qu’on n’a pas pu passer ce cap depuis quelques années, c’est l’objectif de demain », a résumé Renard, le Lyonnais de 32 ans aux huit Champions. Titres de champion vendredi.

Présente à ses côtés, Corinne Diacre a tenté de dégonfler la pression en renvoyant le ballon sur le terrain néerlandais.

« S’il doit y avoir un favori, ce sont eux. D’autant qu’on n’arrête pas de se dire qu’on ne passera pas les quarts de finale », a lancé l’entraîneur, alors que…

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page