news

La Suède et l’art du juste milieu

Le milieu de terrain suédois Filippa Angeldahl (à droite) célèbre son but contre le (5-0) avec son coéquipier Kosovare Asllani (à gauche) le 17 juillet à Manchester. JON SUPER / AP

En phase de groupes, leur calendrier de jeu a été neutralisé pour la première fois par les Pays-Bas (1-1). Puis, face à la Suisse, la victoire s’est avérée difficile (2-1), avant de se rassurer en infligeant une leçon au Portugal (5-0).

Ces performances étaient certes suffisantes pour prendre la première place du groupe C, mais elles étaient loin du niveau habituel de la première nation européenne au classement FIFA. En quart de finale face à la le 22 juillet, les Blagult (Bleu et Jaune, en suédois) ont une nouvelle fois souffert, arrachant la victoire dans le temps additionnel (1-0).

Le mardi 26 juillet, ils affronteront l’Angleterre en demi-finale. « Les Suédois devront briser chacune des dangereuses offensives britanniques, analyse Lasse Mannheimer, journaliste pour l’agence de presse suédoise TT Nyhetsbyran. Mais les Britanniques auront pour tâche de renverser la solidité collective de nos joueurs, leur plus gros défi depuis le début de l’Euro. « 

Lire aussi Euro féminin 2022 : épuisées, les Suédoises surmontent l’obstacle belge pour se qualifier pour les demi-finales

Solidité, résistance ou stabilité sont les termes couramment utilisés pour décrire une équipe scandinave, dont la moyenne d’âge, plutôt élevée (28,5 ans), témoigne de l’expérience. Une joueuse incarne tout cela : Caroline Seger, la milieu de terrain vétéran (37 ans) avec…

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page