news

le joueur mythique Alain Giresse fête ses 70 ans

Quinze jours plus tard, dans la villa des Haux, village perché sur les coteaux de la rive droite de la Garonne où il repose en famille, avant de rejoindre ses potes du club en stage à Aix-les-Bains, le défilé des journalistes continue.

Retrouvez tous nos articles sur Alain Giresse sur notre moteur de recherche

Charpentiers de père en fils

Les Giresse ont à peine le temps de s’immerger dans le bleu de la piscine chauffée par la fureur du soleil. Dans la pénombre du salon, dont la bibliothèque contient de nombreux ouvrages traitant du football, ou sur la terrasse d’où l’on aperçoit Tabanac, le village natal de Chantal, le couple répond aux questions. On parle de foot, qui est la passion d’une vie et d’une vie de famille qui en souffre forcément un peu. Nous posons ensemble pour la photo souvenir, pour le document témoignage, pour le cliché symbolique. Tout le monde se prête au jeu sauf Mathieu. Déjà à l’école, « les autres l’agaçaient en parlant toujours de son père qui joue au foot ». Et voilà que les intrus lui volent ses rares moments de vacances avec son père qui a pourtant des choses très importantes à faire à la maison avant de partir. La première étape serait de terminer la cabane en rondins qu’ils construisent ensemble contre la haie qui borde la pelouse escarpée. Si le cortège des badauds s’éternise, ils n’y arriveront jamais. Mathieu fuit les visiteurs et fait la moue dans son coin.

D’un tempérament équilibré, Alain Giresse paye la rançon de la gloire en tant que professionnel expérimenté. Pas d’évasion. Parfois une plaisanterie pour éluder une question indiscrète. Il a souri de la surprise causée chez certains par sa performance espagnole.

Alain Giresse et son père, menuisier à Langoiran, en juillet 1982.

Michel André / Archives du Sud-Ouest

Le footballeur est un maître de son art, l’homme sûr de lui. Sans vaine gloire ni fausse pudeur. Voix de…

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page