news

Le traître de Knysna ? Evra s’interroge sur Domenech ou « un grand joueur » de France

Patrice Evra, ancien capitaine de l’équipe de France, est revenu sur la grève des célèbres joueurs lors de la Coupe du monde 2010 à Knysna, ce jeudi sur BFMTV. Il exprime notamment ses doutes sur l’identité du traître.

La carrière de Patrice Evra sera marquée par le célèbre épisode de Knysna. L’ancien arrière gauche était capitaine de France lorsque les joueurs ont refusé de s’entraîner pour protester contre l’exclusion de Nicolas Anelka, accusé d’avoir insulté l’entraîneur à la mi-temps du match France-Mexique lors de la Coupe du monde 2010.

Près de 12 ans plus tard, l’ancien défenseur revient sur cet événement charnière de l’histoire des Bleus dans son autobiographie « J’aime ce jeu » qui sort en librairie ce jeudi. Invité sur BFMTV, il raconte comment il a vécu ce triste épisode qui prenait encore plus d’importance pour lui avec le brassard de capitaine.

« Domenech a saisi les clés du chauffeur »

« Beaucoup de joueurs m’ont dit que ça me tomberait dessus, confie-t-il. J’ai répondu que j’avais les épaules larges. Quand les gens me demandent ce que je changerais de Knysna si j’avais une baguette magique, j’ai toujours dit : en Tunisie, avant le Mondial. . Monde, quand Nicolas Anelka veut partir en me disant « Je sens que les choses vont mal tourner », je le retiens en disant « on a besoin de toi ». On connaît la suite. Mais il y a tellement de détails importants à Knysna. Quand les gens disent que nous ne sommes pas descendus du bus, non. Nous sommes descendus du bus et avons signé des autographes pour les gars qui sont venus voir la formation quand nous sommes montés dans le bus que Raymond Domenech a confisqué les clés du chauffeur et nous avons été pris en otage. être remis à leur place ».

Il décrit également l’épisode de la lecture par Raymond Domenech de la lettre des joueurs, dans une scène devenue tristement culte. « Dans le bus, les gens m’ont dit de le lire, il…

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page