news

Les accords de la Fifa en Afrique, y compris les tours de passe-passe, les dirigeants parachutés et la supervision à distance

Gianni Infantino a un don. Une véritable. Celui de ne jamais être bien parlé. Un projet de Coupe du monde tous les deux ans, une information judiciaire pour, entre autres accusations alléchantes, incitation à l’abus d’autorité, rôle caché d’instigateur dans la rédaction de la Super League… Rien ne va plus avec l’ex « chauve UEFA » , qui est passé de simple acteur débonnaire lors du tirage au sort de la Ligue des champions à grand satan président de la FIFA, en 2016, en remplacement de Sepp Blatter.

Sa dernière aventure ? Des constats, au mieux gênants, au pire offensants, lors d’une allocution mercredi au Conseil de l’Europe, pour justifier son projet de Coupe du monde sur deux ans : « Il faut donner l’espoir aux Africains qu’ils n’ont pas à traverser la Méditerranée pour peut-être pouvoir avoir une vie meilleure ici. Nous devons leur donner des opportunités et de la dignité. S’il a estimé jeudi que ses propos avaient été « mal interprétés », le Suisse n’a pas relevé sa cote de popularité en Afrique.

« L’Afrique est un roi »

« Je ne suis pas surpris qu’il fasse ce genre de constat, car, depuis son élection, il a donné un coup bas au football africain, même s’il donne l’impression qu’il veut l’aider », déclare Babacar Ndaw Faye, rédacteur en chef. -chef du site d’information sénégalais Emedia, qui couvre l’actualité de tout le continent. C’est quelqu’un qui utilise toujours l’Afrique et son football pour faire sa propre politique et fixer ses objectifs, qui sont purement financiers. « 

Financier, et même un peu électoraliste. « L’Afrique est un faiseur de rois », explique Jean-Baptiste Guégan, spécialiste de la géopolitique du sport et du football. Infantino sait qu’il ne restera pas à la tête de la FIFA [qui n’a pas répondu à nos sollicitations] qu’avec le soutien des pays africains, …

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page