news

Les fans de Bolton Wanderers se sont grattés la tête après le départ d’Antoni Sarcevic pour Stockport

La semaine de l’enfer de WANDERERS s’est poursuivie avec la nouvelle que le skipper du club, Antoni Sarcevic, a quitté le club après une apparente dispute avec le manager Ian Evatt.

Après une défaite 4-0 à domicile contre ses rivaux locaux Wigan Athletic et une défaite 3-0 à Plymouth Argyle, la dernière bombe déstabilise encore plus une saison qui menace soudainement de s’inverser.

L’omission de Sarcevic sur la feuille d’équipe à Plymouth semble être le déclencheur de sa sortie soudaine vers le comté de Stockport, hors ligue.

Le milieu de terrain est en fin de contrat à la fin de la saison et a admis la semaine dernière qu’il n’y avait pas encore eu de contact de la part de Bolton pour prolonger l’accord.

Un déménagement à Edgeley Park – près de sa maison familiale – avec un bon contrat semble à certains égards être une décision logique. Mais pour qu’il soit accéléré à une telle vitesse avec seulement 14 matchs de la saison joués, de nombreux supporters se demanderont exactement ce qui s’est mal passé.

Sans surprise, la déclaration officielle de Wanderers confirmant son départ, publiée à 14 heures, n’entre pas dans les détails sordides d’un désaccord, qui se serait produit au lendemain du match de mardi à l’ancien club de Sarcevic, Plymouth.

Le joueur de 29 ans avait joué avec une blessure à la cheville lors de la lourde défaite contre Wigan, mais a été invité par le club à parler à la presse locale avant le match à Home Park, apparemment déterminé à jouer contre ses anciens employeurs.

Sarcevic avait joué dans tous les matchs de championnat jusqu’à mardi soir et avait également été critiqué pour sa propre forme récente. Néanmoins, le voir tomber sur le banc aux côtés de l’attaquant expérimenté Eoin Doyle était une nouvelle surprenante.

MJ Williams s’est adressé à la presse locale jeudi après-midi, discutant d’une réunion de joueurs qui s’était tenue après le match à Plymouth. Il n’a fait aucune référence à une brouille évidente entre le capitaine et le manager, mais a admis qu’il y avait eu des « mots honnêtes » prononcés au sein du groupe.

Evatt n’a également fait aucune référence…

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page