news

Les pires heures de Simeone

Simeone traverse son moment le plus difficile depuis qu’il était entraîneur de l’Atlético. Le KO en Supercoupe est une énième blessure dans une saison très compliquée, où non seulement les résultats échouent, mais une crise footballistique et identitaire inexplicable est perçue, d’autant plus que l’équipe a été championne de la Ligue il y a huit mois. Mais maintenant rien ne sort, ni le jeu, ni la performance de ses pièces, ni même la chance. El Cholo se tourne vers sa philosophie du « travail, travail, travail » et accepte qu’il y a beaucoup de choses « qui ne peuvent pas être cachées » à améliorer. Mais le calendrier avance à toute vitesse.

A la recherche du plan et des onze

L’entraîneur n’appuie pas sur la touche. Le sentiment est qu’à la mi-janvier, Simeone cherche toujours le plan. L’idée avec laquelle il a remporté la Ligue maintenant ne le convainc pas du tout. Pour cette raison, par exemple, l’Atleti a alterné ces dernières semaines entre le 5-3-2 et le 4-4-2 classique. Ce que l’on pourrait traduire par richesse tactique, polyvalence et polyvalence des joueurs, est désormais davantage compris comme des doutes, des tests et des récupérations à la volée. Et il est difficile de voir ce cholista de l’Atlético qui pourrait avoir plus ou moins raison, mais il a toujours été reconnaissable et une bête de compétition. Sans football ni âme.

Sans schéma fixe, il n’y a pas non plus de type onze. Pour le trouver, Simeone se heurte à de fréquents obstacles. Les blessures compliquent chaque alignement. Et les performances individuelles de ses footballeurs n’aident pas non plus. Il y a très peu de joueurs qui marquent à leur meilleur niveau. Et beaucoup sont bien en deçà des attentes. La responsabilité est partagée entre l’équipe et l’entraîneur, qui s’est toujours caractérisé par l’amélioration et la revalorisation de ses élèves.

Une équipe fragile, individuellement et collectivement

Ainsi, à ce stade de la saison, l’Atlético a perdu plus de matchs que durant toute l’année précédente. Les rojiblancos ont clôturé le 20-21 avec huit défaites et dans celui-ci ils en ont déjà neuf : celle de Riyad, …

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page