news

Luis Ferrer : « J’ai dit à Mbappé : ‘Attends quatre ans et agrandis la porte de sortie »

Comment Luis Ferrer se présente-t-il ?

Je suis un Argentin, originaire de Cordoue, qui fait son chemin en France et dans le monde. Et c’est grâce au football, qui vous ouvre des portes et vous réserve des surprises. J’ai aussi eu la chance d’avoir un lien familial avec la personne qui a amené beaucoup de monde ici, d’Osvaldo Piazza, qui a marqué une époque à Saint Etienne, à Carlos Bianchi, en passant par Omar Fonseca, David Trezeguet… Cette personne s’appelle Rafael Santos.

Et tu l’as soutenu ?

C’est un parent de la famille, et enfant il me disait : « Je vais t’emmener jouer au foot en France ». Et il s’est acquitté.

Comment est-ce arrivé?

J’ai eu de la chance que River veuille me signer pour sa carrière en tant que jeune homme. J’ai rencontré des gens puissants comme Marcelo Gallardo, Hernán Crespo… Puis je suis allé à Sarmiento de Junin. Nous mettons à niveau. J’avais 21 ans… Et c’est là que Rafael Santos est apparu pour m’amener à Grenoble. Le début a été difficile, je n’avais pas la langue ni la double nationalité, et cela m’a rendu les choses difficiles.

Que s’est-il passé après ?

Eh bien, j’ai joué dix ans entre le deuxième et le troisième. Mais regardez, là j’ai déjà vu que le mien était le marché, faire bouger les joueurs, imaginer des stratégies pour renforcer les équipes. Et ma carrière dans ce sens a commencé à Nice. A cette époque, tout était différent ! Dans les équipes principales se trouvaient le président et son ami, et ils ont formé une équipe. Désormais, tout est hyper-professionnalisé. Chaque membre du personnel est un…

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page