news

Lyon – Marseille – Agression de Payet – La nuit Ligue 1 a touché le fond, et pour toujours

Il y avait plein de bonnes raisons d’être content de cet OL – OM. Le duel Paqueta-Payet, l’affrontement tactique entre deux entraîneurs aux intentions gourmandes (Bosz et Sampaoli), la réaction de Lyon après l’humiliation de Rennes, celle de l’OM après le match nul contre Metz et puis, cette rivalité incandescente. Après trois minutes et cinquante-huit secondes de jeu, tout a été soufflé par la bêtise d’un fan. La belle affiche du dimanche est devenue un mauvais remake. Une fois de plus, Dimitri Payet a été visé. Une bouteille pleine d’eau lancée à toute allure et sur la tête de la Réunionnaise, les bras tendus pendant de longues minutes, a transformé la soirée en dégoût.

3’58 » depuis le début du choc OL-OM : Payet se prend une bouteille sur la tête et s’effondre

Ce dimanche à 20h48, la Ligue 1 a touché le fond pour la première fois. Il est arrivé à un point de non-retour. Un joueur s’est vu interdire d’exercer son métier, son intégrité physique a été compromise et personne ne sait quelles seront les conséquences à court, moyen ou long terme pour le capitaine marseillais. Aujourd’hui, c’est l’incident de trop dans une escalade qui mènera forcément la Ligue 1 au mur. D’abord parce que l’événement est trop grave cette fois. Sur l’échelle de la bêtise, les supporters de l’OL – bien qu’évidemment tous n’en soient pas responsables, loin s’en faut – ont décroché le pompon. Ensuite parce qu’elle touche à l’une des trois plus grosses affiches de la saison et qu’il faut, justement, en faire un exemple. Car l’image a déjà fait le tour de l’Europe et la Ligue a l’opportunité d’en faire jurisprudence.

Ligue 1

Longoria, émue et désabusée : « C’est encore le soir noir »

IL Y A 2 HEURES

Soirée grotesque

Quand c’est trop, c’est trop. En trois mois, de Montpellier à Nice, de Saint-Etienne à Lens, cinq matchs ont dû être interrompus pour cause de jets de bouteilles, de fumée et/ou d’invasion…

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page