news

Marché – Youcef Belaïli, l’attraction du Stade Brestois, un « surdoué » au « parcours anormal »

Lundi, c’est un tsunami qui a noyé le port de Brest. Une vague numérique inattendue qui a surpris le club breton. Un torrent de followers, provoqué par un homme : Youcef Belaïli. Avant les premières rumeurs de contacts entre le Stade Brestois et l’équipe nationale algérienne, Brest comptait environ 440 000 abonnés sur ses différents comptes de réseaux sociaux. Flirtez maintenant avec les deux millions. « Nous avons été vraiment surpris par l’ampleur, dans l’ensemble c’était comme Vegas, ça a marché tout seul », a déclaré à l’AFP un porte-parole du club. Depuis, la Belaïli-mania numérique ne s’est pas apaisée. A première vue, on a du mal à comprendre un tel engouement pour un joueur de 30 ans, international algérien certes, mais quasiment sans expérience en Europe. Mais avec lui, oubliez la rationalité et les cases à cocher pour accéder au plus haut niveau. Belaïli est une histoire romantique, une succession de choix surprenants, de rendez-vous manqués et de rachats ultérieurs. Celui d’un espoir adoré de tous qui finira par être rejeté par beaucoup avant de devenir un héros national. Celle d’un « surdoué » d’un talent extraordinaire mais avec une « carrière anormale », selon Mohamed Brahdji, journaliste de DZ Foot.

Ligue 1

Le coup dur : Cherki sera opéré et manquera au moins trois mois de compétition

IL Y A 5 HEURES

Youcef Belaïli lors de sa présentation au Stade Brestois

Crédit : Getty Images

2014, le premier tournant

« C’est un joueur qui a émergé au début des années 2010, revenons. Il a débuté dans son club natal le Mouloudia d’Oran. On a vu ce phénomène arriver et, très vite, il s’est détaché comme un joueur assez singulier. la foudre dont il était capable. » Très vite Oran tombe amoureuse de son prince, déterminé malgré son jeune âge. A 20 ans, l’Europe le regarde déjà du coin de l’œil, mais c’est l’Espérance de Tunis qui récupère le bijou, encore à polir. En Tunisie, Belaili…

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page