news

Maxime Saada continue de tirer la sonnette d’alarme

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le football français a connu des coulisses très mouvementées ces derniers mois. Les clubs risquent notamment de faire les frais de l’affaire Mediapro pendant plusieurs années, alors que la guerre entre beIN, Amazon et Canal se poursuit. Le président du groupe Canal Maxime Saada a fait part de ses vérités sur la situation jeudi au Parlement. Et il continue de penser que les droits sur les ligues Ligue 1 et Ligue 2 ont été, et sont toujours, surfaits, d’autant que, selon ses estimations, les Français ne sont pas prêts à dépenser autant pour le football que leurs voisins européens.

Ce qui suit après cette annonce

« Combien les familles françaises sont-elles prêtes à payer pour le championnat par rapport aux Anglais et aux Espagnols ? Au Portugal, les principaux journaux télévisés des premières chaînes couvrent au moins 10 minutes par jour de sujets footballistiques. Combien sur TF1 ou France TV ? Autre point, les grandes stars du football français n’évoluent pas en France. En France nous n’avons qu’un seul journal sportif, en Espagne nous en avons 5. En France, le service public va déplacer les finales de coupe pour diffuser Fort-Boyard. En termes de classement européen, nous sommes comparables à l’Ecosse, pas à l’Angleterre, l’Espagne ou l’Italie. Les Français ne sont pas disposés à payer autant pour tous les matches du championnat français. Mediapro l’a prouvé », a-t-il déclaré dans un commentaire diffusé par l’économiste du football Pierre Rondeau sur ses réseaux sociaux.

L’audition (très intéressante) de Maxime Saada.
Nous espérons un droit de réponse de Lega et/ou Mediapro car il y a des accusations https://t.co/F15ctzA99q

– Pierre Rondeau (@PierreR0ndeau) 18 novembre 2021 Saada charge la Ligue et Amazon

Puis il en a profité pour mettre un petit coup d’arrêt à la Ligue, qui n’a pas voulu écouter les propositions faites par son groupe : « On discute…

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page