news

Mbappé, entre hégémonie politique et crise d’ego

La compétition britannique a été rude, mais ces derniers jours, on n’a pas vu autant de monde s’agenouiller qu’avant Kylian Mbappé. Et pas n’importe qui. Mercredi, la branche française de KFC – partenaire officiel des Bleus – a déploré au nom de toutes les poules du Kentucky les propos de son vice-président, Alain Béral, concernant l’attaquant français. Ce dernier a pesté la veille contre le « caprice » et la « crise de jeunesse » du prodige sur la question du droit à l’image des Bleus, ajoutant que la marque avait « payé quelque chose de clair » et qu’il aurait suffirait à faire valoir ses propres droits si nécessaire.

Des constats dont KFC s’est immédiatement désolidarisé. « KFC France tient à préciser qu’Alain Béral ​​ne s’est pas exprimé au nom de l’entreprise, mais dans le cadre d’une conversation privée lors d’un événement lié à ses fonctions de président de la Ligue nationale de basket. Pratique, le double bonnet.

Intouchable en dehors du terrain, pierre angulaire à l’intérieur

Lundi, Noël Le Graët avait quant à lui été prié de modérer après avoir affirmé dans les colonnes de L’Equipe que l’accord sur les droits à l’image des joueurs de l’équipe de France ne bougerait pas avant la Coupe du monde 2022. A quoi Mbappé contre-attaque : « Aren’ es-tu heureux? Boycottez » l’opération marketing de mardi. Le tout avec le soutien de quelques responsables du vestiaire bleu et surtout d’Amélie Oudéa-Castéra. Le ministre des Sports profite de la venue lundi après-midi du vice-président de la FFF, Philippe Diallo, pour inciter la fédération à revoir la convention qui la lie aux internationaux. Que va-t-il s’engager à faire « au plus vite » quelques heures plus tard.

Plus personne ne gagne contre Kylian Mbappé, sauf peut-être . Le Brésilien avait résisté à la mauvaise humeur de son coéquipier pour planter un…

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page