news

Nadé et Camara en prison

Déambulant une nouvelle fois dans le onze de départ pour retrouver un poste qu’il avait découvert côté strasbourgeois la saison dernière, l’ancien capitaine stéphanois a joué son rôle.

Bakayoko sort qui avait quand même donné quelques satisfactions, donc Pascal Dupraz a dû trouver une solution pour compléter sa défense à trois, Mangala n’étant pas qualifié.

Habitué à baser son jeu sur les duels, il n’était pas dépaysé, mais il a aussi et surtout apporté sa capacité à prendre des relances sur ses pieds, aussi bien en passant qu’en portant le ballon. Un match solide à un poste qui pourrait devenir une vraie option pour l’avenir.

Prenant les attaques angevines par vagues sur le côté gauche de l’axe défensif, Mickaël Nadé parvenait toujours à sortir la tête de l’eau, comme en témoigne son intervention face à Brahimi qui l’avait éliminé dans un premier temps (26e). Toujours présent pour poser ses jambes contre des centres ou des tirs d’Angers, il a commis peu d’erreurs de jugement, contribuant évidemment à la sérénité défensive déchaînée par les Stéphanois pendant la majeure partie de la partie. Même lorsque les Verts ont pris leur retraite, son physique massif a bien fonctionné.

Moueffek, le mur passe

Inséré dans un rôle de piston aussi expérimental que complexe à appréhender, l’ancien Angevin s’est battu pour son retour face à ses anciens compagnons. Ne sachant pas toujours comment gérer la profondeur des appels de Pereira Lage, il s’est fait surprendre à plusieurs reprises. De plus, il semblait régulièrement douter lorsqu’il allait disputer des duels aériens, créant des incertitudes sur les allées et venues de ses compagnons pour gérer les situations.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page