news

« Nous serons très vigilants » sur l’avenir des Girondins de Bordeaux, prévient la vice-présidente du Sénat Nathalie Delattre

Dix des dix-huit parlementaires girondins ont adressé un courrier à Amélie Oudéa-Castéra, ministre des Sports, lui demandant de recevoir une délégation des Girondins de Bordeaux. Cette réunion aura lieu mercredi. Relégué en National 1 par la commission d’appel de la DNCG, le club sera entendu par le CNOSF jeudi 21 juillet, pour finalement sauver sa vie en Ligue 2. Si cette décision est confirmée, elle devrait s’accompagner d’un dépôt de bilan, condamnant le club à évoluer en National 3, la cinquième division.

Plusieurs points ont été évoqués pour justifier la rétrogradation des Girondins le 5 juillet, à commencer par une dette très importante, bien que le président Gérard Lopez ait annoncé un accord avec les créanciers américains pour la réduire. De son côté, Nathalie Delattre (Parti radical), vice-présidente du Sénat, sénatrice de Gironde et élue au conseil municipal de Bordeaux, a partagé la lettre adressée au ministre sur les réseaux sociaux. Elle détaille les contours et les raisons qui la poussent à investir pour sauver le club d’un effondrement historique.

Franceinfo : sport : cette mobilisation des parlementaires locaux peut-elle avoir une réelle influence sur la décision finale de la DNCG ?

Nathalie Delattre : Je pense que oui. Quoi qu’il en soit, aller en justice sera trop tard, puisque la Ligue 2 reprendra dix jours plus tard. Tout repose sur la compréhension des pièces comptables par le CNOSF, délégation consultative de service public, et sur l’avis que peut se faire le ministre. Il a d’abord dit qu’il ne voulait pas prendre de décision, alors il a accepté de recevoir le club. Nous apportons notre pierre à l’édifice. Si les Girondins sont relégués, l’équipe féminine va souffrir, 300 emplois seront menacés…

Situation des @girondins : l’appel des parlementaires girondins au ministre des Sports

« Nous joignons nos voix pour vous demander solennellement de…

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page