news

OBJECTIF EXCLU ! : L’avocat de Norodom Ravihak brise le silence

Zapping de buts ! ASSE Football Club : l’hommage des Verts à Loïc Perrin

Des doutes sur la réelle volonté de Caiazzo et Romeyer de vendre

« La première question que j’ai posée à KPMG était : « Les deux présidents sont-ils vraiment des vendeurs ? « Jérôme De Bontin, lors de l’épisode Peak6, s’est rendu public. À l’époque, il a rencontré beaucoup de difficultés. Leur tentative d’acquisition avait mal tourné… elle avait explosé pour des raisons qu’aucune des parties n’avait pu expliquer clairement. . il avait eu une autre tentative de montée plus tard, dont on a peu parlé, qui a échoué aussi parce que c’était à l’époque de Mediapro. Les deux actionnaires avaient dit que le prix n’était plus ce qu’il était quand c’était Canal +.. Je comprends parfaitement que lorsqu’on est vendeur, on essaie d’obtenir le meilleur prix, mais je ne pense pas qu’on puisse accabler un acheteur qui, de son côté, veut payer le juste prix. »

Le projet financier

« Au départ, nous voulions juste aller en Asie. Nous avons fait une première proposition de 30 millions d’euros soutenue par Soteria Capital, qui est un grand fonds d’investissement asiatique. de gros montants en plus. Dans notre exemple, KPMG a clairement indiqué que les banques européennes refuseraient un virement de 100 millions d’euros de Bank of Asia, qui est de toute façon bien implantée là-bas. Car elles ne savaient pas forcément d’où il venait. »

Plan B

« Ensuite on pense à un plan B. Parce qu’on a tout : le projet, l’équipe, le capital… Je le répète, St-Etienne est dans le cœur du Prince. Il faut chercher une banque européenne pour garantir à la demande de KPMG dont les fonds proviennent d’Asie KMPG exige qu’il soit l’un des deux ou trois de plus…

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page