news

OM : c’était vraiment l’Olimpico de la honte

Zapping de buts ! Football Club Top 20 : des joueurs en fin de contrat

Ce dimanche soir, la Ligue 1 est devenue encore plus ridicule avec le fiasco OL-OM, le match s’est arrêté en 3′ après que Dimitri Payet a une nouvelle fois reçu une bouteille d’eau de la foule. Comme il se doit, Rudy Buquet, l’arbitre du match, a pris sa responsabilité en protégeant l’intégrité physique des joueurs marseillais. Derrière, on nageait dans le grand ridicule.

2 heures ridicules, qui se sont terminées par l’annonce définitive de la fin du match, peu après 22h40, alors que les supporters avaient déjà largement vidé les tribunes, lassés d’une communication tragi-comique autour des incidents. Un ridicule largement partagé à Mondovision où la « ligue paysanne » raillait pour être la forge de ligues importantes, la Ligue 1 a basculé dans une « favela League », une zone d’illégalité absolue où le thème de la violence est devenu central. Était-ce l’incident le plus grave et le plus violent du début de saison ? Certainement pas à l’échelle de la violence. Un accident de trop dans un championnat gangrené ? Malheureusement oui …

De l’indécision vient la vraie honte

Dès le début, on a d’abord cru que le match ne redémarrerait pas tant les matchs de crise se succédaient dans les couloirs du Groupama Stadium. Puis il y avait l’espoir d’une reprise du match, annoncée par le speaker, vers 22 heures… Avant que le couperet ne tombe 40 minutes plus tard. L’OL a tout tenté, utilisant ses 350 caméras de sécurité pour identifier le lanceur de bouteilles – « un non-abonné, affilié à aucun groupe » dixit JMA – avant de l’interpeller et de l’avertir. , a annoncé choqué et réticent à reprendre le jeu après l’attaque de l’un d’eux. Nous pouvons les comprendre. Au niveau de…

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page