news

Parce que l’Afrique veut une Coupe du monde tous les deux ans – Jeune Afrique

Le projet controversé d’une Coupe du monde organisée tous les deux ans séduit le Maroc comme l’Algérie, le Sénégal ou le Bénin. Les fédérations africaines y voient une opportunité pour leurs joueurs… et pour leurs stades.

Dans les hautes sphères du football international, la décence exige de faire les choses dans l’ordre, en respectant la hiérarchie. En mai dernier, lors du 71e Congrès de la FIFA organisé au siège de l’autorité à Zurich, le président de la FIFA Gianni Infantino avait évoqué l’organisation d’une Coupe du monde tous les deux ans. Une idée présentée par la fédération saoudienne et défendue notamment par Arsène Wenger, ancien entraîneur d’Arsenal (Angleterre) et directeur du développement du football mondial de la FIFA.

« Nous allons discuter et analyser cela (…). Vous n’avez pas besoin d’être Einstein pour savoir que si vous disputez une Coupe du monde tous les deux ans, vous doublerez vos revenus. Mais il faut d’abord voir si cela a du sens d’un point de vue sportif », a déclaré le patron de la fédération. Et une large majorité de parlementaires a alors décidé de voter pour une étude de faisabilité sur ce projet, qui semble donc gagner du terrain.

« Une compétition plus inclusive »

Mais l’initiative fait également sensation dans le monde du football, notamment en Europe, où d’anciens champions de football comme Philipp Lahm et Paolo Maldini se sont exprimés ouvertement ces derniers jours. Le conseil d’administration de la Ligue française de football professionnel, réuni le 13 octobre, s’y est également opposé. Sur le continent, cependant, il existe un large consensus favorable.

La Coupe du monde tous les quatre ans privilégie principalement l’Europe et l’Amérique du Sud

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page