news

pour les clubs d’élite, la saison de tous les dangers

C’est un rituel de pré-saison. Chaque année, à l’approche de la reprise du championnat de France, les spécialistes du football et les fans adorent analyser la liste des clubs évoluant en Ligue 1, le plus haut niveau national, pour la répartir en différentes catégories : qui seront les prétendants au titre ? Qui peut espérer terminer l’année à la deuxième place synonyme de qualification pour une Coupe d’Europe ? Qui devra se battre pour rester dans l’élite du football français ?

A l’aube de la saison 2022-2023, qui débute vendredi 5 août avec l’affiche Lyon-Ajaccio, cette dernière catégorie s’annonce exceptionnellement plus riche qu’à l’accoutumée. La raison ? Les quatre descentes directes à l’échelon inférieur, en Ligue 2 – et non plus deux comme avant -, qui se concentreront sur l’exercice, la Ligue 1 devant passer de 20 à 18 pensionnaires en 2023-2024.

Cette réduction de la voilure avait été enregistrée en juin 2021 par l’Assemblée générale de la Ligue de football professionnel (LFP) à la quasi-unanimité : 97,28 % des voix, seul le club messin avait voté contre. Les objectifs sont multiples. En abaissant le nombre de matches (de 38 à 34 par club), cette disposition libérera des dates dans un calendrier qui sera, dans le même temps, alourdi par le nouveau format de la Ligue des champions. Diffusé en 2024-2025, il promet au moins deux rendez-vous supplémentaires par participant.

Lire aussi : Ligue 1 réduite à 18 clubs : « On est dans une vision à court terme »

Outre la volonté de mettre les équipes de France dans les meilleures conditions sur la scène continentale, l’objectif est aussi et surtout financier. Moins nombreux, les clubs se partageront une plus grande part des revenus des droits télévisés, dont l’interdiction pour la période 2024-2028…

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page