news

Pourquoi ce nouveau (gros) ratissage hivernal aux Girondins ?

Comme beaucoup d’autres artisans français, l’entreprise de construction « Lopez & Lopes, père et fils » ne manque pas de travail. Depuis l’été dernier, il planche sur un projet titanesque : celui des Girondins de Bordeaux. Après un important restyling et l’aménagement de la plupart des pièces intérieures l’été dernier (neuf recrues et quinze départs), le nouveau propriétaire des lieux et son directeur technique ont poursuivi cet hiver leur travail au Château du Haillan (quatre recrues et de nombreux plus de départs). Au point qu’il ne reste plus que la touche finale, prévue pour le prochain marché d’été. Mais Admar Lopes admet qu’il se sent déjà un peu plus à l’aise qu’il y a six mois.

L’héritage américain laissé par les fonds d’investissement GACP puis King Street est en effet de moins en moins présent dans le club racheté par son patron, Gérard Lopez, en juillet dernier. Dans le vestiaire, par exemple, il ne reste plus qu’une dizaine de joueurs de l’époque parmi ceux qui jouent régulièrement (Costil, Poussin, Kwateng, Briand, Hwang, Oudin ou Adli). Cette volonté de faire table rase du passé d’ici quelques mois tient évidemment à une logique sportive et financière des Girondins mais aussi à la méthode de travail des Lopez-Lopes.

Le club a-t-il enfin ses José Fonte et Benjamin André ?

Impossible de regarder après la catastrophique première partie de saison de Marine et Blanc : 17e de L1 avec quatre victoires en 22 matchs et la plus mauvaise défense des cinq grands championnats européens. Pour y remédier, Admar Lopes a tenté ces dernières semaines de retrouver ses José Fonte et Benjamin André di Losc. Sa confiance en Laurent Koscielny, Otavio ou encore Fransergio pour jouer ces rôles a atteint ses limites. Il a été le premier à choisir l’ancien Lyonnais Marcelo (34…

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page