news

Roustan : « On parle foot de manière de plus en plus anxieuse »

Voyageant à travers les époques et les continents du football, Didier Roustan a décidé de lancer son application, « La Roustanie », pour partager ses histoires et son analyse du ballon rond au quotidien. Chroniques, anecdotes, archives, quiz, sondages, jeux : cette plateforme veut centraliser toutes les anecdotes et aspirations du journaliste de 64 ans. « C’est un espace de liberté qu’on n’a pas forcément à la télévision », confie Didier Roustan au Point. Les thèmes, je ne les choisis pas sur les télés. Ici je fais ce que je veux, avec l’indépendance que j’ai déjà dans les podcasts. J’ai remarqué à travers les personnes qui me suivent qu’il y a cette envie de connaître l’histoire du football, d’approfondir les choses, de partir en voyage. « 

Le dépaysement et l’exploration, c’est justement ce qui caractérise l’éditorialiste qui intervient sur la chaîne L’Équipe. Le continent sud-américain en particulier représente pour lui une forge quasi inépuisable d’histoires et de légendes, qu’il souhaite mettre en lumière. « Je suis né dans le football avec le Brésil de Pelé en 1970. Je l’ai vu à la télévision quand j’avais 12 ans, cette équipe m’a marqué. Mais à part ça, du côté de ma mère, je suis martiniquaise. J’ai des origines lointaines incas et indiennes Aroua, j’ai un lien physique avec ce continent. J’y suis souvent allé pour le travail. Leurs histoires sortent de l’ordinaire, c’est moins standardisé parce qu’il y a moins d’argent. Cela m’attire, car j’aime cette passion qui reste à taille humaine. Rustania est l’île des poètes morts ! « 

L’objectif de cette demande vise également le traitement du calcium. Avec la multiplication des rencontres et des analyses quotidiennes, la notion de plaisir se perd régulièrement. Didier Roustan veut nous redonner un peu de légèreté. « Je trouve que maintenant on parle de football pour que…

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page