news

TÉMOIGNAGE. Son fils battu sur un terrain de foot amateur, dit-il

Quelques jours après l’agression de son fils, en plein match de football du District 3 à Trémeloir le 3 avril, la mère du jeune joueur (18 ans) originaire de Ploumagoar est toujours sous le choc. Il n’arrive pas à chasser de son esprit cette vision de terreur, spectateur malgré lui d’une flambée de violence. Coups de poing, coups de pied, dont son fils a été victime, qui ont nécessité son hospitalisation et lui ont valu une invalidité totale temporaire (ITT) de 21 jours.

Les images lui reviennent en tête en boucle, elle qui s’est contentée, comme souvent, de venir l’encourager pendant le match. « J’ai craint le pire quand j’ai vu la tête de mon fils partir dans tous les sens sous les coups de pied de son agresseur. « Il a fallu l’intervention de plusieurs joueurs, en plus de celle du mari, également présent derrière la main courante, pour repousser l’individu.

Depuis lors, le jeune joueur est sorti de l’hôpital et tente de se rétablir. « On ne veut pas qu’il soit dérangé, on essaie de le protéger au maximum », insiste la maman, pas encore totalement rassurée sur son état de santé. « Il a subi un traumatisme crânien. Il a perdu connaissance. Il faudra de longues semaines, peut-être quelques mois, pour s’assurer qu’il n’y a pas de séquelles. Pendant ce temps, il se repose : « Dormir toute la journée ».

LIRE AUSSI. LA DESCRIPTION. Arbitres frappés, joueurs agressés… Le football amateur risque une recrudescence des violences

Six mois de prison

De toute évidence, l’étudiant en menuiserie n’a pas pu assister à ses cours la semaine suivante…

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page